On doit ce monstre à la société TWR (Tom Walkinshaw Racing à qui l'on doit, entre autres, les Jaguar XJ220 et Aston Martin DB7)

        stdClass Object
(
    [post_id] => 52961
    [_terms] => 780,105,160,145,71,38,47,86,169,100,42,671,173,184,58,239,215,478,50,191,162,89,57,28,259,96,76,321,605,122,757,205,593,204,225,227,226,
    [_tags] => 
    [vehicle_type] => 145,
    [vehicle_fuel_type] => 71,
    [vehicle_colors] => 38,
    [vehicle_statuses] => 47,
    [vehicle_gearboxes] => 86,
    [vehicle_interior_features] => 169,100,42,671,173,184,58,239,
    [vehicle_exterior_features] => 215,478,50,191,162,89,57,
    [vehicle_safely_features] => 28,259,96,76,321,605,
    [vehicle_extras] => 122,757,205,593,204,225,227,226,
    [vehicle_locations] => 780,
    [vehicle_models] => 105,160,
    [seek_property_price] => 45000
    [seek_property_mileage] => 25120
    [seek_property_engine_size] => 2946
    [seek_property_engine_power_bhp] => 230
    [seek_property_engine_power_kw] => 172
    [seek_property_reduction] => 0
    [seek_property_consumption] => 0
    [seek_property_year] => 2002-10-01
    [seek_property_engine_power_cv] => 16
    [seek_property_car_sold] => true
)
    
        TF_TFUSE Object
(
    [framework_version] => 2.6.30
    [__parent] => 
)
    
45 000
37 500 EUR (Net) 20% TVA ENREGISTRER
  • 10/2002
  • 25 120 KM
  • Essence
  • 172 KW (230 Ch)

La plus grosse qualité de cette Clio V6, celle qui a poussé quelques centaines de passionnés à signer un gros chèque, c’est bien entendu l’aspect complètement extravagant du projet Renault Sport autant que sa rareté.

Caractéristiques Intérieures

  • Climatisation
  • Direction assistée
  • Fermeture centralisée
  • Intérieur Cuir et Alcantara
  • Interieur en parfait etat
  • KILOMETRAGE CERTIFIE
  • Lèves vitres électiques
  • Sièges Sport

Caractéristiques extérieures

  • Anti-brouillard avant
  • Chassis Sport
  • Double échappement
  • ECHAPPEMENT SPORT
  • Jantes Alu
  • Peinture Métallisée
  • Rétroviseurs électriques

Caractéristiques de sécurité

  • ABS
  • Airbag
  • Airbag passager
  • Anti-demarrage
  • Ordinateur de Bord
  • Révision Compléte effectuée

Autres caractéristiques

  • Anti vol
  • Carnet d'entretien
  • Déjà un Collector
  • Double des clés
  • Factures disponibles
  • Radio CD
  • Réglage Siége en Hauteur
  • Volant Multifonctions

Description complète

LA CLIO EXTRAORDINAIRE:
La Clio Trophy, noble descendante de la célèbre R5 Turbo, est une idée de Renault Sport pour les courses d’ouvertures de grands prix, élaborée par sur la base de la Clio II introduite en mars 1998. Mais la décision de produire la version routière d’un tel monstre ne sera due qu’aux très bonnes réactions du public et des médias face à la présentation d’un concept car flamboyant exposé au mondial de Paris 1998, à l’occasion des 100 ans de Renault. La Clio V6 est le choc de l’année et attise alors comme rarement le désir des passionnés devant l’oeuvre du « créateur d’automobiles »…
Renault, devant l’engouement suscité par ce modèle auprès du public et des médias, a rapidement lancé une étude de développement et d’industrialisation. Confiée à la société TWR (Tom Walkinshaw Racing à qui l’on doit, entre autres, les Jaguar XJ220 et Aston Martin DB7) basée en Angleterre, l’étude de la Clio V6 a permis de confirmer la faisabilité industrielle de ce projet en accord avec le cahier des charges fixé par Renault en terme de qualité, de sécurité et de prestations routières. Au terme de cette étude d’industrialisation, Renault a pris la décision de produire en série limitée la Clio Renault Sport V6 24V. Assagie mais non aseptisée, la Clio Renault Sport V6 24V se veut ludique et sportive, tout en proposant un niveau de confort, de sécurité et une richesse d’équipements habituellement réservés aux véhicules de haut de gamme. Une voiture à forte polyvalence d’utilisation, aussi à l’aise en ville que sur route. Cet univers de véhicules à forte personnalité regroupe à l’époque l’Audi TT 1.8T 20V Quattro, la BMW Z3 Coupé 2.8, les Mercedes SLK 230K et SLK 320, la Porsche Boxster 2.7 ou la Honda S2000. Renault explique le dynamisme de cette niche du marché par la volonté d’un nombre croissant de conducteurs de rouler « autrement », au volant de voitures ludiques privilégiant le plaisir de conduire. C’est dans ce contexte qu’intervient la commercialisation de la Clio V6, véritable voiture passion à la française…
PRESENTATION:
Très proche de la voiture exposée au Mondial de Paris, la Clio V6 24V Renault Sport est ajoutée au catalogue en novembre 2000 à un prix fixé à 240.000 FF. La Clio V6 c’est tout d’abord un choc visuel ! L’empattement augmenté de 38 mm, pour cause de moteur central arrière, passe presque inaperçu et on ne peut que rester béat devant cette boule de muscles de 3m80… Au petit jeu des différences avec le concept car, on note bien sûr le dessin des jantes, mais aussi les rappels de clignotants ajoutés dans les ailes avant et les phares antibrouillards dans le bouclier. Pour le reste, la promesse d’une voiture exclusive et tenue, et de quelle manière ! La fabrication est réalisée par le groupe TWR (alors reconnu pour ses talents en F1 avec l’écurie Arrows) dans l’usine d’Udevalla en Suéde. Si la caisse, le capot avant, le pavillon, le hayon et les phares proviennent de la Clio RS 2.0, nul ne manquera de remarquer que la Clio V6 partage au final assez peu de choses avec la citadine dont elle descend !
Tous les autres éléments de la carrosserie reçoivent un habillage composite réalisé par la société MOC (groupe FINUCHEM) dont le savoir-faire s’est déjà exprimé à travers l’Espace F1. Au terme d’une violente manipulation génétique, la Clio a vu toutes ses formes enfler pour accueillir un gros V6 dans le dos de ses passagers ! Plus longue et plus large aussi que le véhicule de série, la Clio V6 24V se distingue par des faces avant et arrière et des côtés de caisse spécifiques. Le large spoiler avant et les ailes élargies à l’arrière sont complètement intégrés au design de la voiture et évoquent la mythique R5 turbo.
HABITACLE:
Intérieurement en revanche, mis à part la disparition de la banquette arrière, bien peu, trop peu, de choses vous feront oublier que la bête de laquelle vous prenez le volant est le fruit d’une industrialisation intensive dont les standards de qualités étaient proches du néant… Les critiques sont d’ailleurs les mêmes que celles émises envers la Clio RS 1, puisque la Clio V6 en reprend l’essentiel. En effet, comment ne pas s’offusquer devant cette planche de bord au plastique dur et granuleux, inutilement surchargée par des inserts en imitation d’aluminium dignes d’un centre auto ? Sans compter une ergonomie d’utilitaire avec une position de conduite mal agencée autour d’un volant très couché, obligeant à tendre le bras pour aller chercher le point milieu. Voilà un morceau qui aurait bien plus sa place dans un monospace de la marque que dans une authentique sportive ! La jolie sellerie cuir/alcantara brodée du logo Renault Sport ne sauve pas un bilan « ambiance intérieure » très décevant, parlant d’une GT à presque 250.000 FF. Et sur ce point, ce n’est pas l’artisanat qui peut tout justifier.
Pour ce qui est des particularités de la V6, le levier de vitesses avec boule en aluminium massif est hissé sur une tourelle pour le rapprocher du volant. Le levier est implanté sur une console en aluminium reprenant le design du cerclage du bouchon de réservoir. Les pédales sont également étudiées pour une conduite sportive et reçoivent un patin en aluminium avec inserts antidérapants. Tous les équipements de confort attendues à ce niveau de gamme sont en revanche de série : climatisation couplée au pare-brise réfléchissant et aux vitres teintées, lève-vitres électriques, fermeture centralisée avec télécommande, direction assistée, Radiosat 6000 avec changeur 6 CD. Une housse de protection de carrosserie spécialement conçue pour la Clio V6 est également disponible en accessoire. Enfin, le propriétaire dispose d’un rangement de 45 litres avec filet de retenue pour les bagages entre les dossiers de sièges et le compartiment moteur, en plus du coffre de 67 litres aménagé sous le capot avant. Mais pour ce qui est d’aller faire les courses au supermarché, ça n’est clairement pas l’engin idéal ! Au final donc, l’habitacle de la Clio V6 reste très loin de la « présentation cossue » que Renault n’hésitait pas à évoquer dans ses brochures.
MOTEUR:
Sur la base du V6 « Peugeot-Renault » qui équipe le coupé 406 V6 ou la Laguna V6 24V, Renault Sport présente son concept car avec une version modifiée du moteur L7X développant 250 ch. Les pistons sont spécifiques, les conduits d’admission de la culasse ont été retravaillés, le régime de coupure a été relevé de 500 tr/min, la ligne d’échappement est spécifique et le volant moteur est allégé.
Malgré cela, une première déception refroidit notre engouement initial : les 250 ch qui avaient été annoncés ne sont pas au rendez-vous sur la voiture de série qui en offre 230, soit seulement 20 de plus que le V6 de base. Le rendement du moteur apparaît donc bien décevant de la part d’un motoriste 6 fois champion du monde de F1. Première fausse note, mais pas pour la sonorité car elle se fait très agréable à l’oreille avec l’échappement inox « court ».
A l’usage, sur route, le moteur ne manque finalement pas de puissance ni de couple pour une sportive de plus de 1300 Kg, soit nettement plus que le concept car. Mais on pourra rester sur sa faim devant le manque d’entrain à hauts régimes de cette mécanique qui reste trop policée.
De plus, la nouvelle boîte de vitesses PK6 à 6 rapports introduite par l’Avantime apparaît relativement mal adaptée à une conduite réellement sportive. A commande par câbles, elle se montre un peu imprécise, les débattements du levier sont importants et la synchronisation est assez lente. Par ailleurs son étagement est trop long sur les derniers rapports. Des contraintes qui prédisposent la Clio V6 aux longue lignes droite d’autoroutes et un peu moins aux petits circuits tortueux. Avec un diamètre de braquage des plus larges, oubliez également la Clio citadine !
En alignant les 400 et 1000 m départ arrêté en 14,5 et 26,5 secondes la Clio V6 se trouve distancée en accélérations par ses rivales directes. De plus, malgré le couple important, les chronos de reprises sont pénalisés par un étagement de boîte trop long qui ne profite ni àla vitesse de pointe (235 km/h), ni à la consommation…
SUR LA ROUTE:
Les trains avant et arrière de la Renault Clio V6 sont spécifiques tout en faisant appel à de nombreuses pièces mécaniques issues de la série. L’empattement augmenté de 38 mm, les voies élargies de 110 mm à l’avant et de 138 mm à l’arrière placent les roues aux quatre coins de la voiture, gage d’équilibre. Les jantes OZ « Superturismo » de 17’’ en alliage léger sont équipées de pneumatiques Michelin Pilot Sport de 205/50 à l’avant et de 235/45 à l’arrière. Le tarage des amortisseurs et la flexibilité de la suspension garantissent un confort et des performances dynamiques attendues d’un véhicule sportif de ce niveau. Le freinage est confié à quatre disques ventilés de 300 mm de diamètre, avec des étriers AP Racing à l’avant. L’ensemble est complété d’un ABS Bosch 5.3 avec répartiteur électronique de freinage EBV. Malgré une certaine imprécision de la direction à grande vitesse et un manque de « feeling », la Clio V6 tient bien la route et garde sa trajectoire. La suspension apparaît parfaitement adaptée à un usage sportif. Les routes sinueuses sont le terrain de jeu préféré de la Clio V6. Sa vivacité, son comportement et son moteur mélodieux dispensent un agrément de conduite rare. Attention cependant, la bête devient facilement difficile à contrôler. Comme toutes les voitures à moteur central, à fortiori de faible empattement, cette Clio mutante requiert des talents de pilote à l’approche des limites. Au freinage (puissant et endurant) ou sur simple lever de pied, les décrochements du train arrière apparaissent brutalement et nécessitent de sérieuses compétences et du sang froid. Dangereuse, piégeuse, espiègle, il ne faudra pas jouer avec les limites de la CLio V6 phase 1 à moins d’être un pilote confirmé sachant répondre aux tentatives de la bête de vous désarçonner. Globalement, le plaisir n’est pas de faire un chrono de toutes façons ou de se mettre en danger (sur route ouverte bien sûr) alors rouler à une allure soutenue suffit à procurer un énorme plaisir (attention, permis en danger permanent).
CONCLUSION:
La plus grosse qualité de cette Clio V6, celle qui a poussé quelques centaines de passionnés à signer un gros chèque, c’est bien entendu l’aspect complètement extravagant du projet Renault Sport autant que sa rareté. Même si son habitacle est cheap, que sa boîte n’est pas parfaite et que son moteur mériterait une bonne poignée de chevaux supplémentaires, la Clio V6 est finalement une voiture très attachante ! Ce n’est pas la pure sportive que l’on pouvait espérer (plutôt voir du côté de la Trophy dans ce cas) mais une GT qui possède un charme et un charisme fou et s’introduit d’emblée dans le monde des automobiles à collectionner, les collectors.

Tél. : 06 68 03 13 12 CONTACTEZ NOUS A PROPOS DE CE VEHICULE

Les prix sont indicatifs. N'ésitez pas à nous contacter pour plus d'informations